Bertrand Castro: Les nanotechnologies, des innovations bien réelles ou des pratiques anciennes sous des noms nouveaux ?

11 mars 2010
Par

Tout objet matériel peut être dangereux pour la santé ou la vie humaine, qu'il soit d'origine naturelle ou technologique.

  • Il semble clair que la protection, active ou passive, contre les dangers des objets microscopique (de submillimétriques à subnanométriques) pose plus de problèmes que la protection déployée contre des objets plus gros. Le bouclier (gilet pare-balles), le coussin gonflable, le passage clouté ou à niveau, l'abri anti-atomique ne posent pas de problèmes majeurs pour leur conception. Il en est différemment de la protection contre les dangers présentés par les objets si petits qu'ils sont invisibles à l'œil nu. Il est nécessaire d'éclairer le problème de la protection contre les techno-objets par les solutions déjà mises en œuvre pour les objets naturels de même taille.
  • Pour les objets chimiques, subnanométriques, les poisons, on revient à Paracelse, considéré comme le fondateur de la toxicologie. On essaye le poison à diverses doses sur des organismes vivants, micro-organismes, animaux petits ou grands voire des êtres humains ; selon l'éthique régnante : esclaves, prisonniers, condamnés à mort, malades en fin de vie, Belges ou Auvergnats...  On observe les effets, que l'on trouve souvent bénéfiques à petite dose et on établit des règles.

Les règles établies pour les poisons chimiques naturels valent aussi pour les composés chimiques issus des technologies de synthèse et la toxicologie est maintenant armée de méthodes assez sures et fiables (à l'exception du problème des substances dites génotoxiques -- sur des modèles mono cellulaires -- dont la liaison avec la cancérogénèse n'est pas encore éclaircie).

  • Les choses se compliquent avec les nano-objets naturels où l'on trouve

- les macromolécules "chimiques", protéines, acides nucléiques,

- les organites "semi-vivants", virus mais aussi des hôtes habituels de la cellule, ribosomes, appareils de Golgi

- les micro-organismes vivants bactéries pathogènes ou commensales.

- les nanoparticules minérales, par exemple les poussières et fumées volcaniques ou résultant d'incendies.

La complication vient du fait que la notion de dose est beaucoup moins claire ; quelques molécules d'une protéine antigène peuvent provoquer une réaction allergique, emballement du système de défense inflammatoire ; une particule virale de VIH peut conduire à une infection. Inversement, un individu immunisé surmontera sans difficulté à une attaque du virus de la variole.

  • C'est donc en regard des politiques de sécurité mises en jeu contre les dangers des nano-objets naturels qu'il est nécessaire de développer une nano-toxicologie qui permettra de rationaliser et dédramatiser le problème des dangers des techno-nano-objets.
  • Une société saisie par la peur (réflexe millénariste) semple l'être essentiellement pour des raisons politiques.
  • Les Princes de la Peur ont intérêt, pensent avoir intérêt, à l'agiter pour garder le pouvoir. Leurs challengers, les Vizirs qui veulent être Califes à la place des Califes ont intérêt à l'agiter pour y accéder.
  • Un peuple qui a peur est un peuple que les uns et les autres croient malléable et plus aisément gouvernable.

Auteur: Bertrand Castro


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Textes à débattre

Un commentaire pour “ Bertrand Castro: Les nanotechnologies, des innovations bien réelles ou des pratiques anciennes sous des noms nouveaux ? ”

  1. Olivier Florian le 22 mars 2010 à 12:57

    Bonjour,
    Les motivations indiquées (combattre la peur en contrôlant les risques des nanoparticules) forment à mon avis un cercle vicieux avec la production des nanotechnologies :
    C'est la peur qui pousse aussi les dirigeants, et tout ceux qui plébiscitent les nanotechnologies. La peur devant un avenir qu'ils voient de plus en plus noir pour une population qui ne peut plus répondre à des problèmes auxquels elles doivent faire face. Je ne suis pas sûr que répondre à la peur par la peur soit une solution adaptée. Il vaut mieux refuser calmement mais fermement les nanotechnologies et observer qu'il y a d'autres moyens de résoudre nos problèmes.

Laisser un commentaire

Blogoliste

RSS NanoSciences.biz

  • Au coeur des nanosciences
        Des produits de plus en plus petits, plus légers, moins chers, des progrès dans les domaines des télécommunications, de la santé, de l'environnement : les nanosciences et les nanotechnologies sont au coeur de cette évolution (on parle même de « révolution »). A l'Institut des Nanosciences de Paris, des physiciens, des acousticiens, des opticien […]
  • A New Paradign for Battery Research (Argonne NL)
      […]
  • Auto-organisation contrôlée par la lumière
        Ce ne sont pas des bactéries qui se déplacent au hasard et s'agrègent, filmées en accéléré, mais des billes de plastique qui s'auto-organisent sous l'effet de la lumière. Le dispositif, mis au point par Jeremie Palacci de l'Université de New York et ses collègues, est formé de petites billes en plastique où sont insérés des cubes d […]
  • Nano Coating : Superhydrophobicité
      […]