Bilan de l'expérience : Jeu de débat NANO UM2

7 avril 2010
Par

Bonjour,

Le Jeu de Débat Nano: Faut-il un moratoire? est fini et c'est le temps de faire un bilan pour améliorer les prochaines démarches. On doit profiter que l'événement est encore récent et on a tous des opinions et souvenirs frais pour partager!

resultat des votationstechnique de votefaut il un moratoirefaut il un moratoire totalfaut il un moratoire partiella démarche

Pour continuer l'esprit de ce Jeu, ça serait sympa et productif de faire un bilan de la même façon que le Jeu dans sa deuxième partie: web-débat et pizza débat. Pour cela, on vous propose de commencer le bilan sur Internet (à travers de commentaires sur Hypothèses ou Facebook) et finir avec une rencontre autour des pizzas pour approfondir ce qui a été dit. Les jours convenus avec Jean sont le jeudi 15 ou le vendredi 16, en fonction des disponibilités.

http://www.doodle.com/b88h4f4v2g7unsxp?adminKey=&participantKey=

Pour cela, on pourrait démarrer avec les questions suivantes, mais, bien sur, tout au long de la discussion on peut rajouter d'autres.

Général:

- Quels peuvent être les bons sujets à débattre?
- Comment protocolariser le débat? (Par exemple, lors de la conférence-controverse, on a pas eu le temps d'échanger les commentaires et résultats des votes avec la salle; les personnes impliquées du départ doivent être "récompensées" et avoir un tour de parole)
- Comment reproduire cette démarche et l'affiner?

Web débat:

- Comment communiquer d'une manière efficace?
- Quel peut être le timing?
- Comment les outils peuvent inciter et motiver à la participation?
- Comment aider les motivé(e)s à motiver les autres?

Débat en présence:

- Est-ce que cette forme de débat change le rapport Science-Société?
- Que pensez-vous de la place de juristes? Elle a été comprise? Est-elle légitimée?

Bonne journée et à bientôt,

Bien cordialement,
--
Ambar GONZALEZ BOUAB
Chargée de Communication

Institut de Botanique
163 rue Auguste Broussonnet 34090 Montpellier
Tél. 04 34 26 81 30 www.connaisciences.fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Méthode, Résultats

35 commentaires pour “ Bilan de l'expérience : Jeu de débat NANO UM2 ”

  1. Véronique Pinet le 10 avril 2010 à 18:13

    \parle t’on d’un bien commun c’est à dire d’une entité quantifiable pour laquelle on est à même de parler de consommation, de renouvellement, de propriété\.

    Je ne comprends pas cette définition du \bien commun\. S'agit-il de bien commun ou d'objet commun? La liberté est, pour moi, un bien commun

    \Parle t’on de qualité pour les quelles il n’y a pas de propriété clairement définie. Dans ce dernier cas nous trouvons (...) des matériaux comme la pollution, des espèce vivante comme le thon rouge (...).\

    La pollution ça peut se discuter mais le thon rouge est-il une qualité ou une espèce définissable par des caractéristiques mesurables (quantifiables) \pour laquelle on est à même de parler de consommation, de renouvellement, de propriété\....? Le thon rouge est-il alors un bien commun ?

    • nanosciences le 11 avril 2010 à 1:36

      La liberté comme bien commun
      Je suis bien d'accord avec toi pour admettre que la liberté est un bien commun et que la la définition précédente est impropre.
      Pour ma part je préfère une définition dialectique du bien commun.
      La liberté est décrétée comme étant un bien commun par une communauté quand dans celle-ci quand le pouvoir politique l'entérine par des lois et quand le pouvoir des collectifs l'avalise en appliquant ces lois. Entériner et avaliser se fait par des jeux de normes qui imposent de caractériser des formes d'exercice de la liberté.

      Ton idée de distinguer "bien commun" d'"objet commun" est excellente.

      Une communauté se donne le thon rouge comme un bien commun quand des systèmes de normes édictés et avalisés par une communauté édictent son existence en tant que bien commun.
      Il en est de mêmme pour la pollution.

      • Véronique Pinet le 11 avril 2010 à 8:55

        D'accord. Alors, dans un monde idéal, le monde (naturel et artificiel) serait à la fois un objet et un bien commun, les valeurs et les principes, des biens communs.

        • nanosciences le 13 avril 2010 à 14:24

          D’accord. Alors, dans un monde idéal, le monde (naturel et artificiel) serait à la fois un objet et un bien commun,

          OUI

  2. Florian Olivier le 10 avril 2010 à 13:24

    Général:

    - Quels peuvent être les bons sujets à débattre?
    Non pas un débat sur les nano, mais sur les rapports de la science et de la société en général. Ce sera un débat a la fois plus difficile a mener et a la fois plus intéressant.
    - Comment protocolariser le débat?
    Il faut comme s'est évoqué antérieurement penser aussi a l'organisation spatial, un bon débat ce fait en cercle avec tout le monde au même niveau. Une personne se propose pour noter les sujets qui veulent être abordé, une autre scrute les demandes de paroles etc...
    - Comment reproduire cette démarche et l’affiner? Avant de reproduire il faut se demander si c'est raisonnable de la reproduire. Et pourquoi faudrait-il la reproduire alors qu'on demande avant s'il ne serai pas possible de la changer. Un affichage, même en noir et blanc dans les lieux publics est largement succeptible d'apporter plus de monde.

    Web débat:

    Je ne pense pas que le web débat soit un bon outil de débat. Très peu participe et il y a moins de monde pour qui ces outils sont accessible, que la parole (qui est déjà difficile a prendre)

    Débat en présence:

    - Est-ce que cette forme de débat change le rapport Science-Société?
    Superficiellement oui.
    - Que pensez-vous de la place de juristes? Elle a été comprise? Est-elle légitimée?
    La place des juristes tout comme la place de n'importe qui est légitime dans un débat. Evidement cela aurait été très intéressant comme je l'ai dit a une classe ou des chercheurs en nano sont venu présenter leur recherche, qu'on présente aussi aux élèves les travailleurs qui extraient les minerai nécessaire a la production qui permettent aux dit chercheurs de faire des nanos, ainsi que les animaux mort qui permettent tel et tel test.

    ...

    Je sais ça peu paraitre radical et on doute du résultat... mais en même temps, c'est les seules conditions d'un débat qui invitent toutes les personnes concerné en présence.

    • nanosciences le 11 avril 2010 à 2:12

      Non pas un débat sur les nano, mais sur les rapports de la science et de la société en général.

      C'est l'organisation de débats par le séminaire HiPHiS sur le thème science et éthique qui est à l'origine de ce débat nano

    • nanosciences le 11 avril 2010 à 2:19

      Web débat:
      Il me semble qu'il faut adjoindre débat en présence et le web débat qui est un débat écrit. Ceux qui font l'effort de présenter par écrit leur argument devrient être privilégiés.
      Il s'agit de rendre la tâche moins facile aux beaux parleurs et les manipulateurs qui jouent des émotions et des artifices.

      • Véronique Pinet le 12 avril 2010 à 21:14

        et qui monopolisent la parole. C'est incroyable de voir à quel point les participants au débat en présence ont peu le sens de l'écoute et le respect des mains levées pour instaurer des tours de parole. Une discussion comme un débat ne sont pas des hold up sur la parole.

    • nanosciences le 11 avril 2010 à 2:27

      - Que pensez-vous de la place de juristes?

      Pour moi, un bien commun est décrété comme tel par une collectivité.
      Ce décret impose de se donner des lois édictés par les pouvoirs politiques et avalisés par les représentants des différents collectifs.
      D'où le rôle des juristes pour définir les termes du débat, définir les forme d'organisation du débat et produire les conclusions du débat.

      • Véronique Pinet le 12 avril 2010 à 21:48

        Toujours pas d'accord dit comme ça.
        Par le débat d'idées une collectivité (avec des juristes, des scientifiques,des quidams ...) décide de ce qui est un bien public et c'est cette collectivité qui définit les termes du débat et les formes d'organisation du débat (les débatteurs décident des règles du débat ou au moins, les votent si elles leurs sont proposées ). Je pense que sans autogestion, les participants se sentent infantilisés voire manipulés et dans ces conditions, quel intérêt et quel plaisir trouveraient-ils à débattre ?.
        Les juristes interviennent spécifiquement alors pour donner une forme juridique à ce qui a été décidé afin que les politiques fassent leut boulot. Donc, ils "produisent sous une forme juridique les conclusions du débat".
        Ex des nanos : les juristes donnent la définition du motatoire: c'est une orientation du débat( ce ni les termes du débat ni l'organisation du débat : les débatteurs abordent les nanos du point de vue de la recherche, de l'idée qu'ils se font de l'humanité, des relations Nord/Sud, ... et organisent le débat en présence ou par web et dans chaque cas, selon des modalités qu'ils choisissent par exemple, si c'est par le web débat, les participants peuvent décider d'exclure quiconque ne respecte pas les règles de la bienscéanse et de l'argumentation en ne répondant pas à ses interventions ). Les juristes ne réapparaissent qu'au moment de la mise en forme des conclusions : un moratoire partiel et avec quel contenu et idem pour un moratoire total. Pas plus que quiconque ils ne sont habilités à être initiateurs, animateurs/modérateurs ou rapporteurs du débat.

        • nanosciences le 13 avril 2010 à 15:29

          Selon toi, si le bien commun est la liberté, la régulation du débat doit se faire en autogestion.
          Une première partie du débat doit consister à en établir les règles. Enfin un plaisir du jeu est d'en fixer les règles.

          OK pour considérer qu'une phase du débat est de fixer les règles du débat.
          OK pour considérer que l'on n'a pas besoin de juristes pour débattre de la liberté.
          PAS DAC quand on se pose pas d'établir à grande échelle les conditions d'un droit à la liberté.

          • Véronique Pinet le 13 avril 2010 à 23:30

            "OK pour considérer qu’une phase du débat est de fixer les règles du débat.
            OK pour considérer que l’on n’a pas besoin de juristes pour débattre de la liberté.
            PAS DAC quand on se pose pas d’établir à grande échelle les conditions d’un droit à la liberté".

            En fait peut être qu'on est presque d'accord.
            Je reconnais aux juristes un rôle essentiel pour que le débat ne reste pas "un beau discours, un moment partagé, ..." (auquel cas, il n'aurait pas d'efficacité politique) mais je restreinds leur rôle à la mise en forme juridique des conclusions. Le droit est un moyen de réguler les comportements qui est au service de la collectivité et qui doit émaner et s'adapter à la volonté générale.

            Je suis d'accord avec JJ (8 avril) lorsqu'elle ou il dit :
            "Le juriste contribue, avec beaucoup d’autres, à élaborer le droit pour répondre aux besoins de la société".
            Je rajouterai qu'il est le seul(parce qu'il est l'expert) à pouvoir donner la forme juridique à la volonté générale que requiert le bien public.

  3. nanosciences le 9 avril 2010 à 6:43

    Débat ou bavardage?

    Les opinions des autres ne sont sources de débat que s’il s’en dégage un problème intéressant. Dans le cas des nanosciences il se dégage celui des conditions de la vie sur terre demain.
    Vaut-il mieux vivre avec ou sans nano sur le plan de la santé, de la connaissance, de la justice?

  4. nanosciences le 9 avril 2010 à 6:42

    Comment débattre?
    Débattre en se critiquant. L’enseignement comme la science passe par la critique : critique venant de l’enseignant, critique venant des pairs soutenance qui autrefois s’appelait disputatio. La pensée s’appuie la critique , elle est critique, elle admet et apprécie les critiques. La critique peut faire faire changer d’attitude et elle agit dans le sens de l’émancipation de ceux qui la pratiquent en les conduisant à penser de manière autonome.

  5. JJ le 8 avril 2010 à 16:25

    Quels peuvent être les bons sujets à débattre?

    Par hypothèse on ne débat pas juste pour débattre. Avant de choisir des sujets de débat, ne faut-il pas répondre à diverses questions préalables ? Proposons quelques pistes :

    Pour quoi et pour qui débattre ?
    Pourquoi tel sujet (plutôt qu’un autre) devrait-il être débattu ? S’agit-il d’un sujet nouveau, émergent ou ré-émergent ? quelle influence sur la société ? à quel horizon de temps se situe-t-on ? comment se situe le débat dans le temps : trop tard, trop tôt ? quel degré d’urgence ?
    Quelle relation dans l’espace : est-on au niveau local ou global ? quelle prise peut-on avoir sur le sujet ?
    Qu’est-ce qu’on attend du débat ? quels en sont les objectifs ? éveiller la conscience ? défendre une cause, faire comprendre aux autres son point de vue ? comprendre le point de vue des autres ? arriver à une vision partagée, un consensus ? permettre de prendre une décision éclairée ? proposer une action collective ?

    Est-ce qu’il ne faut pas considérer ces différents éléments, énumérés à titre indicatif, pour déterminer si le sujet paraît « bon » ou non ?

    • nanosciences le 8 avril 2010 à 16:59

      Pourquoi débattre?
      Simplement parce que le débat fait exister une pensée. Pour Gilles Deleuze, le rôle du débat entre amis qui est de stimuler et surprendre ses partenaires. Pour Aristote, penser c’est se parler. Par le dialogue entre Aristote et Hypias, Platon fait exister le concept de beauté.

      De ce fait, on peut voir le débat comme une façon de transmettre un savoir déjà constitué à un public, de le faire penser. Mais il peut aussi être vu comme une manière de constituer un savoir dont la preuve et la validation seront le résultat d’un examen, d’une mise à l’épreuve via des témoignages. Se pose cependant le problème de l’appréhension d’un savoir savant. Pour Gilles Deleuze, on peut vibrer d’émotion visuelle devant une peinture ou d’émotion auditive en écoutant une musique sans pour autant être expert du domaine. Pour lui, il n’est pas besoin d’être professionnel de la peinture ou de la musique pour apprécier certaines œuvres. Il considère qu’il n’est pas nécessaire d’être philosophe pour apprécier Spinoza, ni pour lui d’être scientifique. Il considère qu’il a pu établir une communication harmonieuse et enthousiasmante avec des scientifiques sans pour autant avoir acquis le bagage de connaissances requis pour pratiquer leur domaine. Tout chercheur travaillant sur un domaine pluridisciplinaire se rend compte que les discussions avec ses collègues lui apportent énormément dans sa propre progression.

  6. JJ le 8 avril 2010 à 16:21

    Que pensez-vous de la place de juristes? Elle a été comprise? Est-elle légitimée?

    La place des juristes dans un débat sur les nanos se comprend. Telle qu’elle a été présentée, l’intervention paraissait liée à la question du moratoire. En fait, elle va évidemment au-delà mais ce n’était sans doute pas le sujet du débat.
    Quel est l’état actuel de la question en droit positif ?
    Faut-il faire évoluer le droit ? Dans quel domaine : environnement, travail, consommation, libertés publiques, etc ?
    A quel niveau : national, communautaire, international ?
    Le juriste contribue, avec beaucoup d’autres, à élaborer le droit pour répondre aux besoins de la société. Il intervient aussi pour l’interpréter et le faire appliquer. Sa place est donc légitime.

    • nanosciences le 8 avril 2010 à 17:08

      Pour Auguste Comte, inventeur du positivisme, la connaissance de notre époque est au stade où elle doit s’appuyer sur des faits prouvés ou validés scientifiquement selon des raisonnements bien fondés. En Droit, le positivisme sociologique, produit par l’histoire de la nation, s’oppose à un droit naturel, religieux ou laïc, - vu comme un contenu ou comme une démarche de recherche du juste-, défendu par les idéalistes.

      Dans le cas des débats : les juristes ont trois tâches : définir le sujet du débat, définir les règles du débats, restituer le débat.

      Le sujet moratoire est le prétexte à une régulation du débat mise en place lors de pizza débat. Les juristes sont des médiateurs

      • Véronique Pinet le 10 avril 2010 à 17:59

        Le rôle dévolu aux juriste me semble discutable.
        Le sujet d'un débat peut être proposé par n'importe quel individu qui souhaite une discussion collective.
        Les questionnements à propos du sujet proposé émmergent aussi directement de la discussion.
        Si débattre c'est penser ensemble, alors les règles du débats ne sont pas du seul registre de la régulation juridique.
        Quant à la restitution du débat, si le but est de rendre compte des points de vue exprimés dans leur totalité et avec le plus d'objectivité possible, un groupe composé des différents acteurs me paraît à même de mener cette tache.
        Au final, les juristes, comme les autres, peuvent initier un débat, y participer et le réguler.
        Par contre choisir un questionnement d'ordre juridique pour orienter le débat c'est effectivement choisir le droit comme médiation (angle d'attaque et orientation des discussions)en vue de constituer une pensée collective qui aura un impact social; et le rôle spécifique des juristes peut alors être de mettre en forme des positionnements afin qu'ils deviennent socialement opératoires.

        • nanosciences le 11 avril 2010 à 1:49

          Par contre choisir un questionnement d’ordre juridique pour orienter le débat c’est effectivement choisir le droit comme médiation (angle d’attaque et orientation des discussions)en vue de constituer une pensée collective qui aura un impact social; et le rôle spécifique des juristes peut alors être de mettre en forme des positionnements afin qu’ils deviennent socialement opératoires.

          Si on considère que le débat porte sur un bien qu'une communauté se décrète comme tel, alors le rôle des juristes est essentiel.

          Si le débat est là pour faire exister une pensée le rôle des juristes n'est pas utile.

          Dans le cas du travail précédent. Le rôle des juristes lors de Pizza débat a été de produire un compte rendu socialeent opératoire.

  7. claire le 8 avril 2010 à 9:30

    Peut-etre faut-il aussi travailler la nuance entre un "sujet à débattre" et un "positionnement de controverse sur un sujet". La façon de poser la problématique est presque plus importante que le choix du sujet, car elle place la discussion sur un certain plan, et selectionne implicitement le public qui se sent capable d'y participer activement.

    par exemple :
    - nano, faut-il un moratoire ?
    >> aspect juridique par le choix du mot "moratoire" qui n'est pas clair pour le grand public, nous l'avons vu.

    - nanos, doit-on laisser la compétition scientifique créer l'humanité de demain?
    >> on indique que l'on souhaite explorer les rapports de forces entre société et acteurs de et autour de la science. C'est quoi la "compétition scientifique" pour le grand public? Un mixte politico-économico scientifique ?

    - nanos, quel sorte d'humain souhaite-t-on d'être à notre arrière petit fils ?
    >> là on est un peu sentimentalo. Mais on souhaite placer la discussion sur les valeurs humaines peut-etre plus accessibles à un grand nombre

    - nanos, etc...

    c'est juste pour indiquer le gros travail d'exploration des entrées au débat, comme l'a souligné Bernadette Bensaude...
    Peut-on imaginer plusieurs entrées dans un meme débat ?

    • nanosciences le 9 avril 2010 à 6:46

      Les sujets du débat sont fort divers. Le débat peut porter sur des sujets

      Les sujets du débat peuvent être fort divers. Il y a une division importante parle t’on d’un bien commun c’est à dire d’une entité quantifiable pour laquelle on est à même de parler de consommation, de renouvellement, de propriété. Parle t’on de qualité pour les quelles il n’y a pas de propriété clairement définie. Dans ce dernier cas nous trouvons des notions la santé la liberté , des matériaux comme la pollution, des espèce vivante comme le thon rouge, des cultures comme les aborigènes , des savoirs comme les sciences.

      Les sciences juridiques peuvent transformer une qualité en quantité.

  8. JJ CLCV le 7 avril 2010 à 18:16

    - Comment les outils peuvent inciter et motiver à la participation

    L’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement et Cadre de Vie) a publié récemment un ouvrage intitulé
    « Rayonnements – OGM – Nanotechnologies
    Danger ou progrès ? » (Vuibert, novembre 2009)

    Nous y proposons quelques éléments de réflexion pour favoriser la participation du public. En voici un extrait :

    « Les consommateurs et usagers, les citoyens s’intéressent et s’impliquent s’ils ont le sentiment d’être pris au sérieux. Cela nécessite de nombreux apprentissages :
    - dès l’école pour découvrir ce qu’apporte le travail en commun et l’intelligence collective ;
    - tout au long de la formation initiale et continue : professionnels, décideurs, gestionnaires, maîtres d’œuvre, élus, techniciens, citoyens, doivent apprendre des méthodologies de concertation et de négociation, à reconnaître la spécificité et la complémentarité des différentes formes de savoir et d’expertise dont celle de la consommation et de l’usage ;
    - renouveler et soutenir fortement les démarches d’éducation populaire pour que personne ne soit laissé de côté et pour entraîner l’adhésion.

    Ces apprentissages sont nécessaires de la part de chaque acteur concerné :
    - les consommateurs et usagers ont besoin de s’informer et de comprendre comment fonctionne la recherche, quels sont les enjeux ;
    - les chercheurs et les décideurs ont besoin d’apprendre à parler simplement et à faire la différence entre l’information, la communication, la concertation, la négociation, la consultation.

    Ceci est un préalable à la reconnaissance mutuelle qui permet de construire une culture commune et de réaliser un diagnostic partagé pour reprendre les termes à la mode. C’est la confrontation constructive de ces différents savoirs, et des apprentissages mutuels, qui crée cette « valeur ajoutée » qui permet de trouver les meilleures réponses. » (p. 170)

    Parmi les formes de participation, nous mentionnons par exemple la conférence de citoyens, « dont l’objectif est de permettre à un panel de citoyens profanes de dialoguer avec des experts et de s’exprimer sur des problématiques scientifiques et technologiques pour lesquelles il existe d’importantes incertitudes et divergences d’opinion. Elle implique une méthode rigoureuse, une formation minimale sur le sujet débattu, du temps, des moyens, afin de produire un avis éclairé.» (p. 154).

    Ainsi, une Conférence de citoyens sur « Les OGM dans l’agriculture et l’alimentation » a été organisée en 1998 par l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST).
    Ces expériences peuvent être intéressantes pour développer des outils de participation.

    • nanosciences le 8 avril 2010 à 8:22

      Parmi les formes de participation, nous mentionnons par exemple la conférence de citoyens.
      Bien d'accord sur l'importance des conférences citoyens.
      Nous envisageons des concevoir des formations adaptées pour les lycéens et pour les étudiants.
      Ce qui nous intéresse profondément est l'éducation à la responsabilité pour toute génération et profession et c'est là que nous nous retrouvons.

      • Véronique Pinet le 10 avril 2010 à 18:21

        Il me semble en effet, que le débat est une forme de rapport à soi, à la pensée, à l'autre et à la société qui s'apprend. Il est peu pratiqué en france (bien que le terme soit utilisé à l'assemblée nationale, à l'école, dans les médias, ...). Aussi, l'éducation au débat est sans doute nécessaire (et ce dès l'école primaire) pour que cette pratique devienne "naturelle" aux uns et aux autres et le semi échec du débat sur les nano (celui organisé au sein des universités) en est, à mon sens la preuve.

        • nanosciences le 11 avril 2010 à 1:55

          L'éducation au débat. C'est effectivement un objectif. Comment débattre?, comment débattre sur une technoscience, comment débattre d'un bien commun?

          Il nous faut éduquer au débat les plus jeunes. C'est un bel objectif pour connaiSciences dans une visée d'éduction à la responsabilité.

  9. Ambar (ConnaiSciences) le 7 avril 2010 à 16:14

    Il ne faut pas confondre qualité d’un débat et audimat. Un bon sujet n’est pas forcément celui qui attire les foules.

    Je suis d'accord avec ça, mais, par contre, je crois que cet important d'attirer du monde dans un premier temps afin de faire comprendre que l'important de la démarche est de "débattre autrement". Avec des sujets moins compliqués (et pourtant pas moins importants) les personnes oseront plus.

    • nanosciences le 11 avril 2010 à 2:03

      je pense que dans une vision d'éduction à la responsabilité on peut trouver des débats sur des tas de biens communs adaptés à tout âge.

      Le débat que nous avons mené est de qualité. Il devrai être possible de le restituer plus de personnes. par exemple on peut faire voter une assemblée lors d'un exercice de restitution. Aalyser le vote et demande rà l"assemblée de s'en expliquer. Il faut pour cela que cette assemblée ait une identité.

  10. nanosciences le 7 avril 2010 à 15:52

    - Comment aider les motivé(e)s à motiver les autres?

    En juillet j'espère que l'on pourra tester l'outil causebuilder qui est développé en partenariat avec le LIRMM qui a pour fonction d'étendre des réseaux sociaux.

    • Fanny le 7 avril 2010 à 18:07

      Sur un sujet comme les nanotechnologies, la motivation ne peut venir que d'une prise d'informations suffisante à une prise de position éclairée, comme cela a été souligné lors de la restitution: ceux qui sont motivés pourraient proposer par exemple des articles de presse présentant une application concrète des nanotechnologies à consulter et discuter. Ce sujet est en effet si vaste qu'il est nécessaire d'attirer l'attention sur des portes d'entrée.

      • nanosciences le 8 avril 2010 à 8:13

        sur les portes d'entrées à un débat.

        Les portes sont multiples et elles peuvent rendre trop spécialisées les débats et écarter le citoyen.

        Dans son exposé Bernadette Bersaude a indiqué que fragmenter un grand débat en sujets avait pour effet d'interdire de confronter une situation à une autre par exemple comparer les risques et les démarches sociales et industrielles pour des sujets voisins par exemple amiante et nano, nano et OGM

  11. nanosciences le 7 avril 2010 à 15:48

    Quels peuvent être les bons sujets à débattre?

    Nanoscience n'a pas éveillé les facs. Et pourtant les gens présents qui n'étaient pas d ela FAC m'ont reproché d'avoir mal communiqué car ils se sont passionnés.

    Un bon sujet à débattre est un sujet porté par groupe motivé et qui communique avec des sympathisants et qui souhaite augmenter la qualité, la portée de ses débats.

    Il ne faut pas confondre qualité d'un débat et audimat. Un bon sujet n'est pas forcément celui qui attire les foules.

  12. nanosciences le 7 avril 2010 à 13:35

    Est-ce que cette forme de débat change le rapport Science-Société?

    Bernadette Bersaude-Vincent signale

    1)qu'en Europe ailleurs qu'en France les parlements lancent des débats.

    2)Les débats constituent des expérimentations sociale dans 35 pays.

    3) La recherche est une affaire sociale qui passe par la technique

    • Ambar (ConnaiSciences) le 8 avril 2010 à 14:50

      De mon point de vue, cette forme de débat change le rapport science-société... dans un premier temps parce qu'il y a un mélange des disciplines qui sont mises au même niveau pour discuter d'un sujet qui concerne tout le monde. Dans un deuxième temps, je crois que nous devons envoyer les restitutions et impressions sur cette forme de débattre aux élus. Je pense que cet important d'essayer d'aller plus loin.

      • nanosciences le 11 avril 2010 à 1:57

        Ne pourrait-on pas envoyer à la commission du sénat notre restitution du débat?

Laisser un commentaire

Blogoliste

RSS NanoSciences.biz

  • Au coeur des nanosciences
        Des produits de plus en plus petits, plus légers, moins chers, des progrès dans les domaines des télécommunications, de la santé, de l'environnement : les nanosciences et les nanotechnologies sont au coeur de cette évolution (on parle même de « révolution »). A l'Institut des Nanosciences de Paris, des physiciens, des acousticiens, des opticien […]
  • A New Paradign for Battery Research (Argonne NL)
      […]
  • Auto-organisation contrôlée par la lumière
        Ce ne sont pas des bactéries qui se déplacent au hasard et s'agrègent, filmées en accéléré, mais des billes de plastique qui s'auto-organisent sous l'effet de la lumière. Le dispositif, mis au point par Jeremie Palacci de l'Université de New York et ses collègues, est formé de petites billes en plastique où sont insérés des cubes d […]
  • Nano Coating : Superhydrophobicité
      […]

Carnets de recherche