Dominique Luzeaux: Position sur la question du moratoire

4 mars 2010
Par

Sans tomber dans les excès des « anti » et « pro nano », la question du bien-fondé ou non d’un moratoire reste posée, à l’image du moratoire volontaire concernant les recherches sur l’ADN recombinant, décidé en 1974 : les scientifiques concernés avaient alors réalisé les bénéfices énormes potentiels tout autant que les problèmes sérieux qui les accompagnaient. Un des objectifs du moratoire était de se donner le temps d’organiser une conférence – connue maintenant sous le nom de conférence d’Asilomar – réunissant scientifiques, juristes, représentants politiques et membres de la presse afin d’étudier ces problèmes et de décider comment la recherche pouvait continuer de manière sûre. La conclusion, à savoir que la recherche devait continuer, mais encadrée de manière très stricte, fut obtenue malgré l’opposition très forte de certains participants. À l’époque certains scientifiques avaient été très réticents à faire participer les représentants politiques à cette réflexion, de peur des débats publics qui auraient selon eux mis des restrictions draconiennes à la recherche. Rétrospectivement, c’est cependant cet effort d’information vis-à-vis du public qui a permis une discussion responsable et une démarche équilibrée de progrès.

Concernant les nanotechnologies, la diversité des applications et le caractère fondamentalement transdisciplinaire du domaine, qui rend difficile sa délimitation précise, augmente la complexité du défi. De plus, tant les intérêts économiques que de sécurité nationale rendent un débat similaire et l’atteinte d’un consensus beaucoup plus délicats. Il faut cependant remarquer que le fait même de poser publiquement la question et les échos contradictoires qu’en ont donné les médias contribuent paradoxalement à gagner la confiance du public. Mettre les questionnements sous silence en n’autorisant qu’un seul point de vue aurait tout au contraire soulevé la suspicion générale.

Pour notre part, il nous apparaît qu’un moratoire n’est pas souhaitable, car il serait facile à contourner. En revanche, il semble nécessaire de poursuivre et de développer le dialogue à l’échelle internationale, tant sur les bénéfices que sur les dommages potentiels des nanotechnologies, afin d’exploiter les uns tout en les encadrant, et d’éviter les autres.

Auteur: Dominique Luzeaux


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Textes à débattre

4 commentaires pour “ Dominique Luzeaux: Position sur la question du moratoire ”

  1. Aristide le 3 avril 2010 à 17:35

    Dominique Luzeaux aurait très bien pu faire partie de la CNDP : les propos qu’il développe sont du même ordre, ” il semble nécessaire de poursuivre et de développer le dialogue”, nous dit-il. Mais de quel dialogue s’agit-il ? Dans la mesure où les nanotechnologies sont déjà là et en train de mettre à mal ce qui reste de la nature qui nous entoure ? Et celle qui est en nous ( …qu’on a trop tendance à oublier ). Cette parole qu’il appelle de ses vœux, c’est vraiment le verbiage creux et sans conséquence sur ce qui se fait dans le monde. Aussi essaie-t-il de se conforter avec la croyance ( communicative, espère-t-il ) que “les échos contradictoires qu’en ont donné les médias contribuent paradoxalement à gagner la confiance du public” ; il est bien le seul à le croire, depuis le calamiteux show de la CNDP la confiance dans les nanos semble bien loin d’habiter les foules. Aussi peut-on être assez sûr que l’on va retrouver le silence du secret pendant un certain temps ( jusqu’à l’invention d’une nouvelle entreprise publicitaire pour les nanos ). Mais silence ne signifie pas inactivité : dans les labos de recherche et dans les usines où on les fabrique ; là, les choses ne s’arrête pas et – dialogue ou pas – on produit et on lance sur le marché ! Il n’y a pas d’interdiction ni de législation donc -qui ne dit mot consent !- on produit au risque des pires catastrophes. D’ailleurs, “le moratoire n’est pas souhaitable, car il serait facile à contourner” nous dit ce monsieur, et bien loin de lui l’idée qu’il faille trouver d’autres modalités d’interdiction, il opte plutôt pour le laisser faire (et discuter bien sûr, …ça ne coûte pas cher !) Avec la même logique on pourrait dire que le contrôle des trafiquants n’étant pas efficace, il n’y a qu’à les laisser agir, n’est ce pas ?
    Il ne faut pas tomber dans les “excès des anti et pro nanos”. Si excès il y a c’est bien celui qui consiste à élaborer des produits sans la moindre conscience malgré leur nocivité et à foncer dans le mur toujours un peu plus vite …puisque c’est le “progrès” ! “Une démarche équilibrée de progrès” serait le but à atteindre. Voilà, le grand mot est lâché : s’il y a bien quelque chose avec lequel on ne peut transiger -à moins d’être pour le retour à la lampe à huile (quelle horreur !)- c’est bien de refuser son dû au progrès. Cependant quand on n’a pas le fétichisme du progrès et la fascination pour les nouvelles technologies on peut aussi se dire que tout ce qui sort des labos n’est pas béni et que tout se discute. Mais jusqu’au bout. Pas pour de rire ! Avec des décisions et des moyens d’interdiction à la clé !
    De deux choses l’une : ou bien les hommes décident de leur vie ou bien ils la laissent construire par les industriels ( et les politiciens qui les protègent ). Comme c’est le cas depuis trop longtemps.

  2. Roizès le 1 avril 2010 à 20:41

    Bonjour

    La question des nanotechnologies couvre un champ immense.
    Les conditions d’un vrai débat sont-elles réunies ?
    J’ai peur que les textes ici publiés et le film de la conférence soient un matériau de base insuffisant pour quiconque découvre le sujet, et pour de jeunes étudiants en particulier.

    Une des conditions d’un débat de qualité est la connaissance des joueurs et des enjeux autour des nanos. Cela suppose une cartographie claire sur le sujet: quels sont les acteurs directs ou financeurs de la recherche fondamentale, de la recherche développement, quelles sont les industries d’ores et déjà impliquées, les industries possiblement concernées et qui font de la veille technologique, quelles sont les politiques en France, en Europe, et dans les autres pays où la technologie est un fer de lance…Sans oublier les pays pour lesquels la technologie n’est pas un fer de lance…

    Une autre condition nécessaire à un débat de qualité est qu’il se fasse avec un minimum de connaissances sur l’histoire politique de technologies qui présentent des similitudes avec la nébuleuse des nanotechnologies.
    Je pense notamment au cas du nucléaire, stratégique s’il en est.
    Je conseille la (re)lecture d’interviews menés par Philippe Simmonot: “les Nucléocrates” pour qu’on ne croit pas de manière candide que sur de tels sujets sensibles, l’Etat a la tradition d’ouvrir le débat au grand public.
    Autre culture qui me paraît nécessaire, pour ne pas tenir le rôle du candide: le complexe militaro industriel. On désigne par cette expression la collusion d’intérêts privés, publics, médiatiques, qui ni plus ni moins structure la société française depuis des décennies. Pour les étudiants de sciences intéressés, on pourra renvoyer à une postface du tome II de “Analyse” de Roger Godement. Ce mathématicien qui a accompagné l’épique époque de Bourbaki se permet une digression d’une centaine de pages qui tranche avec l’auto-aveuglement, la résignation ou le cynisme ordinaires du monde de la science. Godement y définit “le détournement de mineurs” que la France a opéré à tour de bras pour enrôler les jeunes mathématiciens et physiciens tout aussi talentueux dans leur discipline qu’immatures en politique.

    Enfin et surtout, il faudrait de mon point de vue s’extraire de la fascination technologique pour sortir d’un pauvre et peu corrosif bilan du type “aspects positifs, aspects négatifs.”
    On n’a jamais vu un Normand aider à la formation d’opinion solide avec des “p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non”.
    Les fins politiques, rompus aux techniques de simulacres de débat ne le savent que trop bien.
    Enfin, last but not least, que peut nous dire la philosophie aux sujets des nanotechnologies ?
    Y-a-t-il un philosophe dans la salle, qui ait lu, compris, digéré Heidegger, et plus proche de nous Gilbert Simondon, ou d’autres penseurs dont je ne connais même pas le nom, et qui serait capable de restituer aux non philosophes quelque substrat de pensée sur lesquels fonder un débat un peu solide ?

    O. Roizès

  3. Olivier Roizes le 29 mars 2010 à 16:48

    Bonjour

    Une post face d’une centaine de pages intitulée “Sciences, technologie, armement” vient compléter le tome II d’Analyse mathématique de Roger Godement, paru chez Springer en 1998.
    Godement y explique comment de fins politiques ont pendant des décennies pratiqué le “détournement de mineurs” au plus grand profit du complexe militaro-industriel.
    Par “mineurs”, il entend de jeunes et brillants scientifiques ou ingénieurs, qui, du fait de leur travail acharné pendant leurs études, n’ont pas toujours eu le temps de cultiver en profondeur leurs opinions politiques, et du coup de choisir en pleine conscience leur boulot.
    Je conseille la lecture de cette postface, comme je conseille la lecture du livre “Les nucléocrates”, séries d’interviews d’ingénieurs qui ont développé le nucléaire en France menés par Philippe Simonnot, pour éviter de perdre mémoire que les d&ébats démocratiques n’ont pas eu lieu sur ces sujets sensibles. Et pas de théorie du complot là dedans: simplement une analyse des désirs en présence. Désirs de puissance, désormais mâtinés d’un tantinet de panique à l’idée que le prix du pétrole va d’ici peu (à l’échelle de l’humanité) rendre complètement caduc nos modes de production agricole, nos modes de productions industriels, notre société de consommation gaspilleuse et polluante. La techno-science est un pilier de nos sociétés conquérantes toujours en quête de nouveaux marchés pour se sauver la mise…jusqu’à quand ? Le pilier de la techno science est très fascinant, car il produit des technologies incroyables. Cette fascination touche tout le monde, et il est bien difficile de s’en extraire.
    Il faut pourtant s’en extraire pour commencer à penser.
    Je ne pense pas qu’un débat digne de ce nom puisse se faire sans les éclairages de philosophes qui ont lu, compris et retravaillé Heidegger, qui ont lu, compris et retravaillé Simondon, et d’autres auteurs dont j’ignore jusqu’au nom…
    Le thème est immense, et ne pourra être sérieusement traité par des arguments du type “il y a des applications positives, il y a des applications négatives”.

    Cordialement à tous les participants

    Olivier R.

  4. Florian OLIVIER le 22 mars 2010 à 13:08

    En fin tacticien politique, vous exposez les enseignement de l’art de la guerre qui n’est que la continuation de la politique par d’autres moyens. Effectivement, dire a la population qu’on les écoute et leur poser des questions, permet d’avoir une meilleure estime d’elle que de ne pas l’écouter du tout.
    Mais l’écouter et ne rien faire qui va dans sons sens es-ce la bonne solution. En indiquant clairement que votre démarche est informative et non de rendre possible a la population elle même de prendre une décision, vous l’évincez du débat, pour n’en faire qu’un public de spectacle qui regarde en participant le minimum.
    Demander un moratoire contre les nanotechnologies est la moindre des choses quand on ne sais pas encore de quoi l’on parle, ni quel seront les effets a long terme, alors qu’on vend déjà des produits avec en exposant ainsi sciement la population.
    Refuser le moratoire, en connaissance de cause, c’est accepter le status quo qui maintient la population sous le joug de ceux qui l’expose volontairement au danger.

Laisser un commentaire

Blogoliste

RSS NanoSciences.biz

  • Au coeur des nanosciences
        Des produits de plus en plus petits, plus légers, moins chers, des progrès dans les domaines des télécommunications, de la santé, de l'environnement : les nanosciences et les nanotechnologies sont au coeur de cette évolution (on parle même de « révolution »). A l'Institut des Nanosciences de Paris, des physiciens, des acousticiens, des opticien […]
  • A New Paradign for Battery Research (Argonne NL)
      […]
  • Auto-organisation contrôlée par la lumière
        Ce ne sont pas des bactéries qui se déplacent au hasard et s'agrègent, filmées en accéléré, mais des billes de plastique qui s'auto-organisent sous l'effet de la lumière. Le dispositif, mis au point par Jeremie Palacci de l'Université de New York et ses collègues, est formé de petites billes en plastique où sont insérés des cubes d […]
  • Nano Coating : Superhydrophobicité
      […]

Carnets de recherche