DEBAT/Conférence-controverse ouvert aux 3 Universités de Montpellier du 23 mars au 6 avril 2010

Les nanosciences portent sur des phénomènes se situant à l’échelle nanométrique, c’est-à-dire, le millionième de millimètre. Ce monde infiniment petit est étudié par des nombreuses sciences : chimie, physique, micro-électronique, informatique, robotique, biologie… et il participe au développement de nouvelles technologies. Les nanosciences passionnent, elles suscitent des peurs et des luttes de pouvoir, car elles ne sont pas une simple acrobatie technologique : elles recouvrent des enjeux importants.

De plus, au XXI siècle, notre façon de voir les sciences a besoin d’être renouvelée. La réponse aux défis de la planète terre doit être collective. C’est pour cette raison-là qu’un nouveau débat est lancé : la science ouvre ses portes à la population pour construire le monde ensemble.

Pour y arriver, l’Université s’en préoccupe et mène aux débats d’une double façon : classique en créant une controverse et moderne en créant un web débat.

Objectifs

La finalité de ce Web débat est de s’informer sur un sujet neuf, d’exercer son esprit critique et d’affiner ses arguments.

Débat en partie sur le WEB pour quoi ?

Le but de ce projet est de faire exister une pensée collective et de mobiliser une grande participation pendant un temps réduit. Pour cela, quatre textes de Bertrand Castro, Didier Ferrier, Dominique Luzeaux, Nayla Farouki sont mis en place  afin de lancer un débat entre les scientifiques, les politiques, les juristes et les défenseurs des collectifs du Système Terre.

Se rencontrer

La dynamique du débat vient de rencontres effectives sur le campus ou virtuelles sur le Web. Cette combinaison répond à la société d’aujourd’hui en permettant un débat sans filtres et ouvert sur Internet pour le compléter avec des rencontres conviviales afin de partager les différentes idées et positionnements de vive voix.

Résumés des interventions de la conférence débat

Intérêt de la Science Fiction dans l’imaginaire des sciences et techniques par Gilbert Hauttois

Nous partons de l’hypothèse de l’intérêt de l’imaginaire des sciences et des techniques, et spécialement de la science-fiction en tant qu’expérience de pensée multiple et complexe ainsi que reflet expressif de la sensibilité et de la perception publiques relatives aux sciences et aux techniques. La sf aurait une portée encore méconnue pour la réflexion et le débat critiques philosophiques, épistémologiques et éthiques relatifs à nos sociétés technoscientifiques. Nous envisageons principalement d’introduire cette problématique nouvelle en présentant la notion d’expérience de pensée et les origines historiques de la sf suivant différentes traditions américaine (Gernsback, technophile, technique-fiction), française (Renard, spéculative, science-fiction ou merveilleux-scientifique), anglaise (Shelley, technophobe). Nous terminerons par des illustrations de cette problématique puisée dans le domaines des nanotechnosciences et technosciences convergentes.

Nanotechnologies : profil d’une technoscience par Bernadette Bersaude Vincent

On propose un regard anthropologique sur les nanotechnologies. Après un bref rappel de diverses définitions de la technoscience forgées dans les années 1980, on tentera de préciser dans quelle  direction les nanotechnologies font évoluer  le concept de technoscience.

1) les nanotechnologies transforment les briques élémentaires de la matière comme du vivant en dispositifs ou machines. Ce regard ingénieur efface les distinctions entre nature et artifice comme entre inerte et vivant. Il s’agit moins de se rendre « maître et  possesseur » de la nature que de la refaçonner au gré de nos projets.

2) les nanotechnologies transforment l’organisation de la recherche : à l’idéal désormais classique d’interdisciplinarité succède un véritable programme de convergence des disciplines à l’échelle du nanomètre. La recherche réputée pure ou libre est de plus en plus orientée vers des objectifs, avec feuilles de route et soumise à une gestion managériale.

3) les nanotechnologies transforment les rapports entre science, technique et société. Loin de chercher à « produire » des résultats neutres, on admet désormais qu’aux valeurs épistémiques s’ajoutent des valeurs sociales, environnementales etc.. D’où la tendance à enrôler dans les programmes de recherche des spécialistes de sciences humaines aux côtés des chercheurs en sciences de la nature.

Participants

Étudiants et enseignants des trois universités de Montpellier.

Auteurs : Jean Sallantin (LIRMM) et Ambar Gonzalez (ConnaiSciences)

Débat sur les nanosciences et les nanotechnologies 2008-2009: compte-rendu

Questions sur lesquelles les élèves de Terminale « Science et Vie de la Terre » et de Terminale « Science de l’Ingénieur » ont débattu

« Faut-il avoir peur des nanotechnologies ? » était la question de départ déclinée comme suit :

  • Les nanotechnologies : des innovations bien réelles ou des pratiques anciennes sous des noms nouveaux ?
  • Nanotechnologies et Pays en Voie de Développement : une chance pour les pays pauvres ou une fracture Nord-Sud supplémentaire ?
  • L’homme augmenté : sacrilège ou progrès pour l’humanité ?
  • Les nanosciences et les nanotechnologies, sources de risques encore inconnus. Qu’exige notre sens des responsabilités : tout arrêter au nom du principe de précaution ou persévérer afin de mieux comprendre
    où se situe le risque et comment le maîtriser ?
  • L’absence de preuve de la nocivité ou de la non nocivité des nanotechnologies est-elle un argument pour continuer la production et la recherche ou pour la stopper ?
  • Faut-il un moratoire sur les nanosciences et les nanotechnologies ?

PROTOCOLE DU DEBAT

  • Des experts : Dominique Luzeaux (Ministère de la Défense, délégation de l’armement), Nayla Farouki (Philosophe), Bertrand Castro (SANOFI), Michel Robert (Directeur du Laboratoire d’Informatique, de Microinformatique et de Microélectronique de Montpellier, le LIRMM) ont débattu sur ces questions. Les experts ont été contactés par Jean Sallantin du LIRMM

  • Le texte des débats a été mis à la disposition des élèves via un outil informatique (« un wiki débat ») afin qu’ils débattent avec les experts en annotant leurs textes et afin qu’ils débattent entre eux sur leurs annotations.

L’outil informatique a été mis au point par le LIRMM et INTERMED

  • Monsieur Luzeaux s’est déplacé à Sète au lycée Joliot-Curie pour une conférence/débat avec les élèves le 2 décembre.

  • Les élèves ont, au final, pris position et rédigé une synthèse des points de vue sur la question du moratoire.

SUITES DONNEES AU DEBAT

  • Ces synthèses ont été lues à madame Langevin-Joliot (petite fille de Pierre et Marie Curie et Fille de Frédéric-Joliot et d’Irène Curie) lors de sa venue au lycée dans le cadre de la fête de la science et de la commémoration des 50 ans de la mort de Frédéric Joliot le 11 décembre après sa conférence sur « Science et société » pour initier un débat entre les élèves et elle.

  • des étudiants de droits rédigeront un moratoire à partir des modalités proposées par les élèves dans leurs synthèses

  • Les textes des experts et les synthèses des élèves seront publiés sur le net site « Hypothèse » accompagnés d’une analyse des débats.

OBJECTIFS DU DEBAT

Pour le bac

Travailler le cours sur la technique :

  • Nature et culture
  • Homme sans technique ?
  • Morale et technique
  • Bonheur et technique
  • Politique et technique
  • Société et technique
  • Liberté et technique
  • Raison et technique
  • Science et technique


Préparer les
élèves à la dissertation

  • Argumenter un point de vue
  • Exercer son esprit critique
  • Prendre position: construire un point de vue

Pour le post-bac

Orientation

  • Eveiller l’intérêt des élèves pour les sciences
  • Faire découvrir la science contemporaine
  • Favoriser les rencontres chercheurs/élèves
  • Faire découvrir les différents métiers « de la
    science »
  • Susciter des vocations

Pour le citoyen

  • Faire prendre conscience aux élèves du rôle de la connaissance (voir le réel afin de pouvoir le comprendre et agir dessus)
  • Faire prendre conscience aux élèves de leur rôle de citoyen : ils peuvent et doivent peser sur les décisions politiques.

L’outil informatique créé à cette occasion a pu être testé et amélioré. Le but étant de le proposer au Rectorat lorsqu’il sera définitivement au point.

Véronique Pinet