Pourquoi des dialogues/débats?

Le fondement de la démocratie, telle que l’a définie Rousseau dans le Contrat social, c’est la volonté générale entendue comme l’expression d’une volonté collective unissant les volontés individuelles, et leur cohorte d’intérêts égoïstes, en vue de l’intérêt général.

Qu’est-ce qui fait obstacle à l’avènement de la volonté générale ?

Sans doute l’attitude du citoyen qui refuse son rôle de membre actif de la société n’est-elle pas étrangère à l’échec de la démocratie. Néanmoins, quand bien même le citoyen serait un être responsable, l’ignorance des problèmes, de leurs enjeux et des différentes solutions envisageables, l’empêcherait de participer à l’élaboration de la volonté générale.

Or, l’ignorance engendre la croyance c’est-à-dire l’opinion constituée de préjugés, d’intimes convictions, de passions et de certitudes.

Pourquoi la croyance est-elle un obstacle à la connaissance et à la liberté ?

D’une part parce que, par nature, elle éloigne de tout esprit critique (puisqu’elle croit déjà savoir, elle ne s’interroge pas), d’autre part parce que le « croyant » est à la fois dogmatique (pour se rassurer) et à la fois sujet aux revirements (à cause de la facilité avec laquelle on peut manipuler ses peurs et ses désirs).

Ainsi, la croyance conduit à des réponses et à des comportements irrationnels (tels que le scientisme ou la peur des sciences par exemple) dommageables pour l’individu comme pour la collectivité.

Comment lever l’obstacle de la croyance ?

Au moins par la mise à disposition de chacun des connaissances et par l’incitation à la réflexion.

Ainsi, le débat d’idées qui est une discussion rationnelle et organisée peut-il permettre et de faire reculer l’ignorance et de faire émerger une volonté générale conforme à l’idéal de démocratie.

En quoi consiste un débat ?

D’abord à comprendre une question, à voir le ou les  problème(s) dégagé(s) par la question (repérer les enjeux politiques, juridiques, scientifiques, sociétaux, …) ensuite, à développer rationnellement un point de vue (c’est-à-dire exercer sa raison, rendre raison et non pas vouloir avoir raison, en somme dérouler une réflexion qui permet de prendre position concernant le problème posé par la question et ce dans ses différentes dimensions).

Pour débattre, il ne suffit donc pas d’être authentique et sincère, il faut prouver, argumenter, confronter des jugements « penser par soi-même, penser en se mettant à la place de tout autre (…) » Kant, Critique de la faculté de juger, § 40.

Quelle forme donner au débat ?

Le dialogue parce que dans le dialogue, chacun des interlocuteurs tisse le discours avec l’autre au fur et à mesure de ce qui est dit : il faut donc faire un effort pour rencontrer l’autre, sortir de soi. « Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu’un seul tissu, (…). Il y a là un être à deux (…), l’objection que me fait l’interlocuteur m’arrache des pensées que je ne savais pas posséder, de sorte que, si je lui prête des pensées, il me fait penser en retour». Merleau-Ponty Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945, p. 407

Ainsi, on ressort toujours changé d’un dialogue/débat parce que l’autre nous a aidé à penser, à formuler clairement nos pensées, à développer nos arguments ou à en trouver de nouveaux pour répondre à ses objections, à mettre en question nos certitudes, à enrichir notre argument grâce à ceux qu’il nous a donné. Il ne suffit donc pas de parler pour dialoguer/débattre.

Le dialogue/débat est un espace-temps qui permet une véritable intersubjectivité et l’émergence d’une solution commune et rationnellement élaborée.

Le débat en tant que dialogue/débat n’est donc pas le lieu privilégié des beaux parleurs pour manipuler l’opinion. Son absence est nécessairement aliénante car « (…) ce pouvoir extérieur qui dérobe aux hommes la liberté de communiquer en public leurs pensées, leur retire aussi la liberté de penser. » Kant, Que signifie s’orienter dans la pensée ? Garnier Flammarion, p. 69

Auteur : Véronique Pinet

DEBAT/Conférence-controverse ouvert aux 3 Universités de Montpellier du 23 mars au 6 avril 2010

Les nanosciences portent sur des phénomènes se situant à l’échelle nanométrique, c’est-à-dire, le millionième de millimètre. Ce monde infiniment petit est étudié par des nombreuses sciences : chimie, physique, micro-électronique, informatique, robotique, biologie… et il participe au développement de nouvelles technologies. Les nanosciences passionnent, elles suscitent des peurs et des luttes de pouvoir, car elles ne sont pas une simple acrobatie technologique : elles recouvrent des enjeux importants.

De plus, au XXI siècle, notre façon de voir les sciences a besoin d’être renouvelée. La réponse aux défis de la planète terre doit être collective. C’est pour cette raison-là qu’un nouveau débat est lancé : la science ouvre ses portes à la population pour construire le monde ensemble.

Pour y arriver, l’Université s’en préoccupe et mène aux débats d’une double façon : classique en créant une controverse et moderne en créant un web débat.

Objectifs

La finalité de ce Web débat est de s’informer sur un sujet neuf, d’exercer son esprit critique et d’affiner ses arguments.

Débat en partie sur le WEB pour quoi ?

Le but de ce projet est de faire exister une pensée collective et de mobiliser une grande participation pendant un temps réduit. Pour cela, quatre textes de Bertrand Castro, Didier Ferrier, Dominique Luzeaux, Nayla Farouki sont mis en place  afin de lancer un débat entre les scientifiques, les politiques, les juristes et les défenseurs des collectifs du Système Terre.

Se rencontrer

La dynamique du débat vient de rencontres effectives sur le campus ou virtuelles sur le Web. Cette combinaison répond à la société d’aujourd’hui en permettant un débat sans filtres et ouvert sur Internet pour le compléter avec des rencontres conviviales afin de partager les différentes idées et positionnements de vive voix.

Résumés des interventions de la conférence débat

Intérêt de la Science Fiction dans l’imaginaire des sciences et techniques par Gilbert Hauttois

Nous partons de l’hypothèse de l’intérêt de l’imaginaire des sciences et des techniques, et spécialement de la science-fiction en tant qu’expérience de pensée multiple et complexe ainsi que reflet expressif de la sensibilité et de la perception publiques relatives aux sciences et aux techniques. La sf aurait une portée encore méconnue pour la réflexion et le débat critiques philosophiques, épistémologiques et éthiques relatifs à nos sociétés technoscientifiques. Nous envisageons principalement d’introduire cette problématique nouvelle en présentant la notion d’expérience de pensée et les origines historiques de la sf suivant différentes traditions américaine (Gernsback, technophile, technique-fiction), française (Renard, spéculative, science-fiction ou merveilleux-scientifique), anglaise (Shelley, technophobe). Nous terminerons par des illustrations de cette problématique puisée dans le domaines des nanotechnosciences et technosciences convergentes.

Nanotechnologies : profil d’une technoscience par Bernadette Bersaude Vincent

On propose un regard anthropologique sur les nanotechnologies. Après un bref rappel de diverses définitions de la technoscience forgées dans les années 1980, on tentera de préciser dans quelle  direction les nanotechnologies font évoluer  le concept de technoscience.

1) les nanotechnologies transforment les briques élémentaires de la matière comme du vivant en dispositifs ou machines. Ce regard ingénieur efface les distinctions entre nature et artifice comme entre inerte et vivant. Il s’agit moins de se rendre « maître et  possesseur » de la nature que de la refaçonner au gré de nos projets.

2) les nanotechnologies transforment l’organisation de la recherche : à l’idéal désormais classique d’interdisciplinarité succède un véritable programme de convergence des disciplines à l’échelle du nanomètre. La recherche réputée pure ou libre est de plus en plus orientée vers des objectifs, avec feuilles de route et soumise à une gestion managériale.

3) les nanotechnologies transforment les rapports entre science, technique et société. Loin de chercher à « produire » des résultats neutres, on admet désormais qu’aux valeurs épistémiques s’ajoutent des valeurs sociales, environnementales etc.. D’où la tendance à enrôler dans les programmes de recherche des spécialistes de sciences humaines aux côtés des chercheurs en sciences de la nature.

Participants

Étudiants et enseignants des trois universités de Montpellier.

Auteurs : Jean Sallantin (LIRMM) et Ambar Gonzalez (ConnaiSciences)

La médiation dans les débats publics et les nanotechnologies

Dans le secteur des nanotechnologies, l’innovation a un  développement incrémental   (1) avec une accélération de la mise sur le marché. On peut prévoir (2) qu’elles auront demain sur la société l’impact de l’électricité car ce secteur profite des convergences de la biologie moléculaire, de l’informatique, de l’électronique.

Cependant la société réagit avec fascination et crainte aux nanotechnologies. Si l’on veut éviter l’avortement de l’innovation dans ce domaine, il faut prendre en considération simultanément les dimensions scientifiques, technologiques et sociales de ce secteur d’innovation.

La prise en compte de la dimension sociale se fait en imposant le respect d’un principe de transparence revenant à donner à toutes les générations de tous les publics une information large, compréhensible et régulière.

Mais ce principe de transparence doit s’accorder  avec celui  de secret qui est nécessaire aux entreprises investissant sur des technologies innovantes.

Les  juristes ont de plus en plus pour fonction de trouver des médiations ouvertes ou fermées entre des institutions défendant des principes contraires. Une médiation est fermée si le juriste propose une médiation aux parties, elle est ouverte si le juriste donne aux parties un espace juridique leur permettant de choisir comment s’accorder.

Nos recherches portent sur la procédure à mettre en place pour conduire avec le grand public une médiation ouverte.

Nous avons expérimenté la conception d’une telle démarche  en demandant à des étudiants de droit des affaires de Montpellier  de produire un  cadre de médiation ouvert à partir des préconisations de deux classes de terminales  du lycée Joliot-Curie de Sête.

La question qui leur était posée est la suivante:

Faut-il un moratoire aux nanotechnologies?

Jean Sallantin

Notes:

(2) Comme en électronique, on peut organiser une montée en puissance régulière

(1) Cette étude s’appuie principalement sur le livre « À la conquête du nanomonde », Dominique Luzeaux et Thierry Puig, Éditions du Félin, 2007.

Secret et transparence requis par l’innovation

Les nanosciences (1) participent aux avancées technologiques de notre époque. Elles sont le lieu de prouesses technologiques, de dépôts de brevets, elles dégagent de nombreuses applications, elles suscitent de nombreuses startups qui mobilisent des investissements et réalisent de nombreux produits. C’est un secteur qui voit s’installer un développement incrémental de l’innovation  (2) avec une accélération de la mise sur le marché. On peut prévoir qu’elles auront sur la société l’impact de l’électricité car ce secteur profite des convergences de la biologie moléculaire, de l’informatique, de l’électronique et des sciences cognitives

La société réagit avec fascination et crainte. Si l’on veut éviter l’avortement de l’innovation dans ce domaine, il faut respecter un principe de transparence et donner à toutes les générations de tous les publics une information large, compréhensible et régulière. Les avancées technologiques,  comme celles des OGM  et comme celle de l’amiante, qui ont préféré le secret et pratiqué sa défense par des manoeuvres augmentant  l’opacité, ont  produit des freins sociaux à l’innovation qui ont conduit dans le cas de l’amiante à un abandon des technologies fondées sur ce matériau.

Jean Sallantin

Notes:

(1) Cette étude s’appuie principalement sur le livre « À la conquête du nanomonde », Dominique Luzeaux et Thierry Puig, Éditions du Félin, 2007.

(2) Comme en électronique, on peut organiser une montée en puissance régulière

L’activité de médiateur de juristes

Les risques potentiels des nanosciences posent une nécessité de repenser la définition du risque et de sa gestion par la société. Dans une société démocratique, l’initiative est laissée aux citoyens. D’où  il apparaît la nécessité de laisser se développer  à tous les niveaux d’organisation  des débats sur les risques que leurs activités font  encourir à eux-mêmes  et aux autres.  Ces débats servent à l’établissement de règles de bonne gouvernance respectant des principes de responsabilité, de développement durable et de précaution.

Le moteur de ces débats sur le risque venant de l’innovation, est une relation dialectique opposant ici, les techniciens, les scientifiques et les représentants de la société. Ces derniers  veulent de la transparence là où le scientifique défend l’innovation et le technicien les technologies. Dans ce dernier cas, le technicien veut un secret favorable à l’entreprise industrielle alors que la société souhaite de la transparence. Les scientifiques privilégient l’innovation là où les entreprises se préoccupent surtout de réserver des propriétés via des accords de confidentialité. En effet, sans un certain secret, les investisseurs vont fuir. Mais sans une certaine transparence, la société va  craindre le danger que masque cette opacité.

Les dialectiques innovation/secret, secret/transparence et transparence/innovation se concrétisent par des oppositions  entre jeux de normes. C’est le travail des juristes de construire les systèmes de normes qui donnent  à la société la possibilité d’apprécier les risques que lui font encourir les technologies. Les juristes ont ainsi une activité essentielle de médiateur entre les prises de risques liées à l’innovation, les exigences de secret venant des développements industriels et le besoin de transparence  exigées par la société civile.

Jean Sallantin

Point de vue général sur les nanotechnologies et la question particulière d’un moratoire

L’utilisation des « nanopropriétés » de la matière ne date pas de ce siècle : les hommes, souvent par hasard, ont su par le passé les utiliser. Mais l’émergence de moyens d’observation et de manipulation à l’échelle atomique ainsi que le corpus scientifique développé à partir du milieu des années 1980 ouvre aujourd’hui de façon fantastique pour l’humanité le champ des possibles.

Annoncée comme la révolution du XXIe siècle, la conquête du nanomonde est donc en marche. Chaque jour, de nouvelles prouesses techniques sont publiées, ainsi que de nouvelles applications potentielles. Les brevets déposés, l’investissement privé, le nombre de startups ne cessent de croître de façon régulière, de même que les produits manufacturés qui arrivent sur les marchés. Cette croissance est renforcée par le caractère transdisciplinaire du domaine, dont on peut effectivement dire qu’il est un multiplicateur de technologies au même titre que l’électricité en son temps.

Même si on peut parler de rupture pour certaines innovations obtenues, la majorité des applications tient davantage de l’innovation incrémentale et fait l’objet de « feuilles de route » technologiques. Cependant l’accélération du rythme de ces innovations et le raccourcissement du temps de mise sur le marché font que l’impact sociétal est plus sensible, faisant surgir des sentiments contradictoires au sein du public, de fascination mais également de crainte.

La question de la protection du citoyen et du consommateur est par conséquent clairement posée, et elle attend des réponses, si l’on ne veut pas assister à une révolution avortée, en particulier dans le domaine biomédical et dans celui des nouvelles sources d’énergie. En effet, trois nouveautés dans cette dernière décennie sont à prendre en compte : le contexte scientifique avec la convergence « nano-bio-info-cognitif » avec, à la clé, des ruptures potentielles ; le contexte politique avec la globalisation ; le contexte social avec un public exigeant plus de transparence.

En premier lieu, une information large, compréhensible et régulière est nécessaire : sans elle, on court le risque de voir apparaître un fossé entre le monde scientifique et le public, ne pouvant que susciter méfiance et crainte, et également manipulation autour de phrases choc surfant sur ces craintes potentielles. À notre sens, cette information doit se faire au niveau de l’ensemble des générations, et en particulier le monde de l’éducation doit y participer pour former les nouvelles générations, tant comme futurs acteurs de cette révolution que comme consommateurs. En second lieu une gouvernance est nécessaire, sur le plan réglementaire dans le but de protéger les intérêts particuliers des citoyens, sur le plan éthique afin d’éviter toute dérive particulièrement dans le domaine biomédical ainsi que dans celui des libertés publiques, et enfin sur le plan écologique afin de garantir un développement durable de ces technologies.

Sous condition de ces exigences d’information, de débat public et de bonne gouvernance, ainsi que d’une application du principe de précaution, il apparaît opportun de s’engager dans la « révolution nanotechnologique », afin d’en tirer les avantages potentiels. L’idée d’un moratoire global sur les recherches ou les commercialisations ne nous apparaît ni pertinente ni réaliste car il ne pourrait être appliqué mondialement, et aurait comme conséquence immédiate une pénalisation économique pour ceux qui le mettraient en œuvre et des développements hors contrôle pour ceux qui le contournerait. Rappelons aussi que nombre de pays émergents voient dans les nanotechnologies une opportunité de donner un essor à leur propre infrastructure naissante de recherche ou d’industrie, et d’attirer des investissements à long terme.

Cependant, là encore, la gouvernance mondiale est essentielle, pour qu’effectivement tout le monde tire les bénéfices de la croissance, et qu’elle ne se transforme pas en une dépendance technologique ou un fossé qui se creuserait davantage entre ceux qui réussiraient la « révolution nanotechnologique » et ceux qui n’y parviendraient pas.

Une politique internationale des brevets est incontournable en la matière, afin de ne pas bloquer la diffusion et l’exploitation de certains résultats tout en permettant à ceux qui les ont trouvés d’en tirer néanmoins bénéfice. Il est raisonnable d’être optimiste dans la mesure où des organisations dépassant le niveau des États se sont déjà engagées dans cette voie sur les divers continents, mais un gros travail reste encore à faire.

La « révolution nanotechnologique » passe également par de nouvelles réglementations. Toute réglementation a un impact immédiat sur la recherche, l’innovation et sur le développement économique, en particulier quant à la commercialisation des produits dérivés. À notre sens, les réglementations doivent à la fois favoriser la recherche scientifique et l’innovation sans les diriger ou les contraindre ; être les moins intrusives possible dans les prises de décisions industrielles, tout en sachant défendre les intérêts du public et du consommateur. L’étendue, la structure et l’efficacité des réglementations influenceront donc directement le développement des nanotechnologies et leur impact sur toute la société. Elles doivent répondre à une double exigence contradictoire : s’intégrer dans la continuité des corpus existants, tout en tenant compte d’un contexte de globalisation dopé par les potentialités techniques et économiques des applications. Il convient que, localement au niveau de chaque État, il n’y ait pas de vide juridique qui pénalise les intérêts des citoyens comme des entreprises, et que globalement, des réglementations différentes ne biaisent pas la compétition. Un cadre international est donc nécessaire, prenant en compte les problématiques générales de protection du « citoyen du monde », avec une considération particulière pour les déséquilibres économiques existants.

Extrait de « À la conquête du nanomonde »: Dominique Luzeaux et Thierry Puig, Éditions du Félin, 2007.