Bilan de l’expérience : Jeu de débat NANO UM2

Bonjour,

Le Jeu de Débat Nano: Faut-il un moratoire? est fini et c’est le temps de faire un bilan pour améliorer les prochaines démarches. On doit profiter que l’événement est encore récent et on a tous des opinions et souvenirs frais pour partager!

resultat des votationstechnique de votefaut il un moratoirefaut il un moratoire totalfaut il un moratoire partiella démarche

Pour continuer l’esprit de ce Jeu, ça serait sympa et productif de faire un bilan de la même façon que le Jeu dans sa deuxième partie: web-débat et pizza débat. Pour cela, on vous propose de commencer le bilan sur Internet (à travers de commentaires sur Hypothèses ou Facebook) et finir avec une rencontre autour des pizzas pour approfondir ce qui a été dit. Les jours convenus avec Jean sont le jeudi 15 ou le vendredi 16, en fonction des disponibilités.

http://www.doodle.com/b88h4f4v2g7unsxp?adminKey=&participantKey=

Pour cela, on pourrait démarrer avec les questions suivantes, mais, bien sur, tout au long de la discussion on peut rajouter d’autres.

Général:

– Quels peuvent être les bons sujets à débattre?
– Comment protocolariser le débat? (Par exemple, lors de la conférence-controverse, on a pas eu le temps d’échanger les commentaires et résultats des votes avec la salle; les personnes impliquées du départ doivent être « récompensées » et avoir un tour de parole)
– Comment reproduire cette démarche et l’affiner?

Web débat:

– Comment communiquer d’une manière efficace?
– Quel peut être le timing?
– Comment les outils peuvent inciter et motiver à la participation?
– Comment aider les motivé(e)s à motiver les autres?

Débat en présence:

– Est-ce que cette forme de débat change le rapport Science-Société?
– Que pensez-vous de la place de juristes? Elle a été comprise? Est-elle légitimée?

Bonne journée et à bientôt,

Bien cordialement,

Ambar GONZALEZ BOUAB
Chargée de Communication

Institut de Botanique
163 rue Auguste Broussonnet 34090 Montpellier
Tél. 04 34 26 81 30 www.connaisciences.fr

La médiation dans les débats publics et les nanotechnologies

Dans le secteur des nanotechnologies, l’innovation a un  développement incrémental   (1) avec une accélération de la mise sur le marché. On peut prévoir (2) qu’elles auront demain sur la société l’impact de l’électricité car ce secteur profite des convergences de la biologie moléculaire, de l’informatique, de l’électronique.

Cependant la société réagit avec fascination et crainte aux nanotechnologies. Si l’on veut éviter l’avortement de l’innovation dans ce domaine, il faut prendre en considération simultanément les dimensions scientifiques, technologiques et sociales de ce secteur d’innovation.

La prise en compte de la dimension sociale se fait en imposant le respect d’un principe de transparence revenant à donner à toutes les générations de tous les publics une information large, compréhensible et régulière.

Mais ce principe de transparence doit s’accorder  avec celui  de secret qui est nécessaire aux entreprises investissant sur des technologies innovantes.

Les  juristes ont de plus en plus pour fonction de trouver des médiations ouvertes ou fermées entre des institutions défendant des principes contraires. Une médiation est fermée si le juriste propose une médiation aux parties, elle est ouverte si le juriste donne aux parties un espace juridique leur permettant de choisir comment s’accorder.

Nos recherches portent sur la procédure à mettre en place pour conduire avec le grand public une médiation ouverte.

Nous avons expérimenté la conception d’une telle démarche  en demandant à des étudiants de droit des affaires de Montpellier  de produire un  cadre de médiation ouvert à partir des préconisations de deux classes de terminales  du lycée Joliot-Curie de Sête.

La question qui leur était posée est la suivante:

Faut-il un moratoire aux nanotechnologies?

Jean Sallantin

Notes:

(2) Comme en électronique, on peut organiser une montée en puissance régulière

(1) Cette étude s’appuie principalement sur le livre « À la conquête du nanomonde », Dominique Luzeaux et Thierry Puig, Éditions du Félin, 2007.

Débat sur les nanosciences et les nanotechnologies 2008-2009: compte-rendu

Questions sur lesquelles les élèves de Terminale « Science et Vie de la Terre » et de Terminale « Science de l’Ingénieur » ont débattu

« Faut-il avoir peur des nanotechnologies ? » était la question de départ déclinée comme suit :

  • Les nanotechnologies : des innovations bien réelles ou des pratiques anciennes sous des noms nouveaux ?
  • Nanotechnologies et Pays en Voie de Développement : une chance pour les pays pauvres ou une fracture Nord-Sud supplémentaire ?
  • L’homme augmenté : sacrilège ou progrès pour l’humanité ?
  • Les nanosciences et les nanotechnologies, sources de risques encore inconnus. Qu’exige notre sens des responsabilités : tout arrêter au nom du principe de précaution ou persévérer afin de mieux comprendre
    où se situe le risque et comment le maîtriser ?
  • L’absence de preuve de la nocivité ou de la non nocivité des nanotechnologies est-elle un argument pour continuer la production et la recherche ou pour la stopper ?
  • Faut-il un moratoire sur les nanosciences et les nanotechnologies ?

PROTOCOLE DU DEBAT

  • Des experts : Dominique Luzeaux (Ministère de la Défense, délégation de l’armement), Nayla Farouki (Philosophe), Bertrand Castro (SANOFI), Michel Robert (Directeur du Laboratoire d’Informatique, de Microinformatique et de Microélectronique de Montpellier, le LIRMM) ont débattu sur ces questions. Les experts ont été contactés par Jean Sallantin du LIRMM

  • Le texte des débats a été mis à la disposition des élèves via un outil informatique (« un wiki débat ») afin qu’ils débattent avec les experts en annotant leurs textes et afin qu’ils débattent entre eux sur leurs annotations.

L’outil informatique a été mis au point par le LIRMM et INTERMED

  • Monsieur Luzeaux s’est déplacé à Sète au lycée Joliot-Curie pour une conférence/débat avec les élèves le 2 décembre.

  • Les élèves ont, au final, pris position et rédigé une synthèse des points de vue sur la question du moratoire.

SUITES DONNEES AU DEBAT

  • Ces synthèses ont été lues à madame Langevin-Joliot (petite fille de Pierre et Marie Curie et Fille de Frédéric-Joliot et d’Irène Curie) lors de sa venue au lycée dans le cadre de la fête de la science et de la commémoration des 50 ans de la mort de Frédéric Joliot le 11 décembre après sa conférence sur « Science et société » pour initier un débat entre les élèves et elle.

  • des étudiants de droits rédigeront un moratoire à partir des modalités proposées par les élèves dans leurs synthèses

  • Les textes des experts et les synthèses des élèves seront publiés sur le net site « Hypothèse » accompagnés d’une analyse des débats.

OBJECTIFS DU DEBAT

Pour le bac

Travailler le cours sur la technique :

  • Nature et culture
  • Homme sans technique ?
  • Morale et technique
  • Bonheur et technique
  • Politique et technique
  • Société et technique
  • Liberté et technique
  • Raison et technique
  • Science et technique


Préparer les
élèves à la dissertation

  • Argumenter un point de vue
  • Exercer son esprit critique
  • Prendre position: construire un point de vue

Pour le post-bac

Orientation

  • Eveiller l’intérêt des élèves pour les sciences
  • Faire découvrir la science contemporaine
  • Favoriser les rencontres chercheurs/élèves
  • Faire découvrir les différents métiers « de la
    science »
  • Susciter des vocations

Pour le citoyen

  • Faire prendre conscience aux élèves du rôle de la connaissance (voir le réel afin de pouvoir le comprendre et agir dessus)
  • Faire prendre conscience aux élèves de leur rôle de citoyen : ils peuvent et doivent peser sur les décisions politiques.

L’outil informatique créé à cette occasion a pu être testé et amélioré. Le but étant de le proposer au Rectorat lorsqu’il sera définitivement au point.

Véronique Pinet

L’activité de médiateur de juristes

Les risques potentiels des nanosciences posent une nécessité de repenser la définition du risque et de sa gestion par la société. Dans une société démocratique, l’initiative est laissée aux citoyens. D’où  il apparaît la nécessité de laisser se développer  à tous les niveaux d’organisation  des débats sur les risques que leurs activités font  encourir à eux-mêmes  et aux autres.  Ces débats servent à l’établissement de règles de bonne gouvernance respectant des principes de responsabilité, de développement durable et de précaution.

Le moteur de ces débats sur le risque venant de l’innovation, est une relation dialectique opposant ici, les techniciens, les scientifiques et les représentants de la société. Ces derniers  veulent de la transparence là où le scientifique défend l’innovation et le technicien les technologies. Dans ce dernier cas, le technicien veut un secret favorable à l’entreprise industrielle alors que la société souhaite de la transparence. Les scientifiques privilégient l’innovation là où les entreprises se préoccupent surtout de réserver des propriétés via des accords de confidentialité. En effet, sans un certain secret, les investisseurs vont fuir. Mais sans une certaine transparence, la société va  craindre le danger que masque cette opacité.

Les dialectiques innovation/secret, secret/transparence et transparence/innovation se concrétisent par des oppositions  entre jeux de normes. C’est le travail des juristes de construire les systèmes de normes qui donnent  à la société la possibilité d’apprécier les risques que lui font encourir les technologies. Les juristes ont ainsi une activité essentielle de médiateur entre les prises de risques liées à l’innovation, les exigences de secret venant des développements industriels et le besoin de transparence  exigées par la société civile.

Jean Sallantin