Pourquoi des dialogues/débats?

Le fondement de la démocratie, telle que l’a définie Rousseau dans le Contrat social, c’est la volonté générale entendue comme l’expression d’une volonté collective unissant les volontés individuelles, et leur cohorte d’intérêts égoïstes, en vue de l’intérêt général.

Qu’est-ce qui fait obstacle à l’avènement de la volonté générale ?

Sans doute l’attitude du citoyen qui refuse son rôle de membre actif de la société n’est-elle pas étrangère à l’échec de la démocratie. Néanmoins, quand bien même le citoyen serait un être responsable, l’ignorance des problèmes, de leurs enjeux et des différentes solutions envisageables, l’empêcherait de participer à l’élaboration de la volonté générale.

Or, l’ignorance engendre la croyance c’est-à-dire l’opinion constituée de préjugés, d’intimes convictions, de passions et de certitudes.

Pourquoi la croyance est-elle un obstacle à la connaissance et à la liberté ?

D’une part parce que, par nature, elle éloigne de tout esprit critique (puisqu’elle croit déjà savoir, elle ne s’interroge pas), d’autre part parce que le « croyant » est à la fois dogmatique (pour se rassurer) et à la fois sujet aux revirements (à cause de la facilité avec laquelle on peut manipuler ses peurs et ses désirs).

Ainsi, la croyance conduit à des réponses et à des comportements irrationnels (tels que le scientisme ou la peur des sciences par exemple) dommageables pour l’individu comme pour la collectivité.

Comment lever l’obstacle de la croyance ?

Au moins par la mise à disposition de chacun des connaissances et par l’incitation à la réflexion.

Ainsi, le débat d’idées qui est une discussion rationnelle et organisée peut-il permettre et de faire reculer l’ignorance et de faire émerger une volonté générale conforme à l’idéal de démocratie.

En quoi consiste un débat ?

D’abord à comprendre une question, à voir le ou les  problème(s) dégagé(s) par la question (repérer les enjeux politiques, juridiques, scientifiques, sociétaux, …) ensuite, à développer rationnellement un point de vue (c’est-à-dire exercer sa raison, rendre raison et non pas vouloir avoir raison, en somme dérouler une réflexion qui permet de prendre position concernant le problème posé par la question et ce dans ses différentes dimensions).

Pour débattre, il ne suffit donc pas d’être authentique et sincère, il faut prouver, argumenter, confronter des jugements « penser par soi-même, penser en se mettant à la place de tout autre (…) » Kant, Critique de la faculté de juger, § 40.

Quelle forme donner au débat ?

Le dialogue parce que dans le dialogue, chacun des interlocuteurs tisse le discours avec l’autre au fur et à mesure de ce qui est dit : il faut donc faire un effort pour rencontrer l’autre, sortir de soi. « Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu’un seul tissu, (…). Il y a là un être à deux (…), l’objection que me fait l’interlocuteur m’arrache des pensées que je ne savais pas posséder, de sorte que, si je lui prête des pensées, il me fait penser en retour». Merleau-Ponty Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945, p. 407

Ainsi, on ressort toujours changé d’un dialogue/débat parce que l’autre nous a aidé à penser, à formuler clairement nos pensées, à développer nos arguments ou à en trouver de nouveaux pour répondre à ses objections, à mettre en question nos certitudes, à enrichir notre argument grâce à ceux qu’il nous a donné. Il ne suffit donc pas de parler pour dialoguer/débattre.

Le dialogue/débat est un espace-temps qui permet une véritable intersubjectivité et l’émergence d’une solution commune et rationnellement élaborée.

Le débat en tant que dialogue/débat n’est donc pas le lieu privilégié des beaux parleurs pour manipuler l’opinion. Son absence est nécessairement aliénante car « (…) ce pouvoir extérieur qui dérobe aux hommes la liberté de communiquer en public leurs pensées, leur retire aussi la liberté de penser. » Kant, Que signifie s’orienter dans la pensée ? Garnier Flammarion, p. 69

Auteur : Véronique Pinet

DEBAT/Conférence-controverse ouvert aux 3 Universités de Montpellier du 23 mars au 6 avril 2010

Les nanosciences portent sur des phénomènes se situant à l’échelle nanométrique, c’est-à-dire, le millionième de millimètre. Ce monde infiniment petit est étudié par des nombreuses sciences : chimie, physique, micro-électronique, informatique, robotique, biologie… et il participe au développement de nouvelles technologies. Les nanosciences passionnent, elles suscitent des peurs et des luttes de pouvoir, car elles ne sont pas une simple acrobatie technologique : elles recouvrent des enjeux importants.

De plus, au XXI siècle, notre façon de voir les sciences a besoin d’être renouvelée. La réponse aux défis de la planète terre doit être collective. C’est pour cette raison-là qu’un nouveau débat est lancé : la science ouvre ses portes à la population pour construire le monde ensemble.

Pour y arriver, l’Université s’en préoccupe et mène aux débats d’une double façon : classique en créant une controverse et moderne en créant un web débat.

Objectifs

La finalité de ce Web débat est de s’informer sur un sujet neuf, d’exercer son esprit critique et d’affiner ses arguments.

Débat en partie sur le WEB pour quoi ?

Le but de ce projet est de faire exister une pensée collective et de mobiliser une grande participation pendant un temps réduit. Pour cela, quatre textes de Bertrand Castro, Didier Ferrier, Dominique Luzeaux, Nayla Farouki sont mis en place  afin de lancer un débat entre les scientifiques, les politiques, les juristes et les défenseurs des collectifs du Système Terre.

Se rencontrer

La dynamique du débat vient de rencontres effectives sur le campus ou virtuelles sur le Web. Cette combinaison répond à la société d’aujourd’hui en permettant un débat sans filtres et ouvert sur Internet pour le compléter avec des rencontres conviviales afin de partager les différentes idées et positionnements de vive voix.

Résumés des interventions de la conférence débat

Intérêt de la Science Fiction dans l’imaginaire des sciences et techniques par Gilbert Hauttois

Nous partons de l’hypothèse de l’intérêt de l’imaginaire des sciences et des techniques, et spécialement de la science-fiction en tant qu’expérience de pensée multiple et complexe ainsi que reflet expressif de la sensibilité et de la perception publiques relatives aux sciences et aux techniques. La sf aurait une portée encore méconnue pour la réflexion et le débat critiques philosophiques, épistémologiques et éthiques relatifs à nos sociétés technoscientifiques. Nous envisageons principalement d’introduire cette problématique nouvelle en présentant la notion d’expérience de pensée et les origines historiques de la sf suivant différentes traditions américaine (Gernsback, technophile, technique-fiction), française (Renard, spéculative, science-fiction ou merveilleux-scientifique), anglaise (Shelley, technophobe). Nous terminerons par des illustrations de cette problématique puisée dans le domaines des nanotechnosciences et technosciences convergentes.

Nanotechnologies : profil d’une technoscience par Bernadette Bersaude Vincent

On propose un regard anthropologique sur les nanotechnologies. Après un bref rappel de diverses définitions de la technoscience forgées dans les années 1980, on tentera de préciser dans quelle  direction les nanotechnologies font évoluer  le concept de technoscience.

1) les nanotechnologies transforment les briques élémentaires de la matière comme du vivant en dispositifs ou machines. Ce regard ingénieur efface les distinctions entre nature et artifice comme entre inerte et vivant. Il s’agit moins de se rendre « maître et  possesseur » de la nature que de la refaçonner au gré de nos projets.

2) les nanotechnologies transforment l’organisation de la recherche : à l’idéal désormais classique d’interdisciplinarité succède un véritable programme de convergence des disciplines à l’échelle du nanomètre. La recherche réputée pure ou libre est de plus en plus orientée vers des objectifs, avec feuilles de route et soumise à une gestion managériale.

3) les nanotechnologies transforment les rapports entre science, technique et société. Loin de chercher à « produire » des résultats neutres, on admet désormais qu’aux valeurs épistémiques s’ajoutent des valeurs sociales, environnementales etc.. D’où la tendance à enrôler dans les programmes de recherche des spécialistes de sciences humaines aux côtés des chercheurs en sciences de la nature.

Participants

Étudiants et enseignants des trois universités de Montpellier.

Auteurs : Jean Sallantin (LIRMM) et Ambar Gonzalez (ConnaiSciences)

Bertrand Castro: Les nanotechnologies, des innovations bien réelles ou des pratiques anciennes sous des noms nouveaux ?

Tout objet matériel peut être dangereux pour la santé ou la vie humaine, qu’il soit d’origine naturelle ou technologique.

  • Il semble clair que la protection, active ou passive, contre les dangers des objets microscopique (de submillimétriques à subnanométriques) pose plus de problèmes que la protection déployée contre des objets plus gros. Le bouclier (gilet pare-balles), le coussin gonflable, le passage clouté ou à niveau, l’abri anti-atomique ne posent pas de problèmes majeurs pour leur conception. Il en est différemment de la protection contre les dangers présentés par les objets si petits qu’ils sont invisibles à l’œil nu. Il est nécessaire d’éclairer le problème de la protection contre les techno-objets par les solutions déjà mises en œuvre pour les objets naturels de même taille.
  • Pour les objets chimiques, subnanométriques, les poisons, on revient à Paracelse, considéré comme le fondateur de la toxicologie. On essaye le poison à diverses doses sur des organismes vivants, micro-organismes, animaux petits ou grands voire des êtres humains ; selon l’éthique régnante : esclaves, prisonniers, condamnés à mort, malades en fin de vie, Belges ou Auvergnats…  On observe les effets, que l’on trouve souvent bénéfiques à petite dose et on établit des règles.

Les règles établies pour les poisons chimiques naturels valent aussi pour les composés chimiques issus des technologies de synthèse et la toxicologie est maintenant armée de méthodes assez sures et fiables (à l’exception du problème des substances dites génotoxiques — sur des modèles mono cellulaires — dont la liaison avec la cancérogénèse n’est pas encore éclaircie).

  • Les choses se compliquent avec les nano-objets naturels où l’on trouve

– les macromolécules « chimiques », protéines, acides nucléiques,

– les organites « semi-vivants », virus mais aussi des hôtes habituels de la cellule, ribosomes, appareils de Golgi

– les micro-organismes vivants bactéries pathogènes ou commensales.

– les nanoparticules minérales, par exemple les poussières et fumées volcaniques ou résultant d’incendies.

La complication vient du fait que la notion de dose est beaucoup moins claire ; quelques molécules d’une protéine antigène peuvent provoquer une réaction allergique, emballement du système de défense inflammatoire ; une particule virale de VIH peut conduire à une infection. Inversement, un individu immunisé surmontera sans difficulté à une attaque du virus de la variole.

  • C’est donc en regard des politiques de sécurité mises en jeu contre les dangers des nano-objets naturels qu’il est nécessaire de développer une nano-toxicologie qui permettra de rationaliser et dédramatiser le problème des dangers des techno-nano-objets.
  • Une société saisie par la peur (réflexe millénariste) semple l’être essentiellement pour des raisons politiques.
  • Les Princes de la Peur ont intérêt, pensent avoir intérêt, à l’agiter pour garder le pouvoir. Leurs challengers, les Vizirs qui veulent être Califes à la place des Califes ont intérêt à l’agiter pour y accéder.
  • Un peuple qui a peur est un peuple que les uns et les autres croient malléable et plus aisément gouvernable.

Auteur: Bertrand Castro

Didier Ferrier: Le moratoire comme mesure juridique

« Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne permette de régler »

L’atermoiement, la temporisation, la procrastination sont des modes parfois utiles de règlement par effacement ou apaisement. Le droit, en tant qu’instrument d’organisation de la vie sociale, mobilise le temps pour régler des problèmes passés (la prescription permet ainsi de ne plus revenir sur une question) ou pour régler des problèmes présents nés de difficultés que l’on espère voir surmontées, ou encore pour régler des problèmes à venir naissant d’incertitudes que l’on espère voir levées, ces deux derniers règlements pouvant consister en un moratoire.

Le moratoire est défini comme une mesure législative exceptionnelle et temporaire, collective et objective, qui a pour objet d’accorder un délai ou une suspension de mesure pour une durée fixée par la loi (moratoire légal) ou laissée à la détermination du juge (moratoire judiciaire). Un moratoire peut également être fixé par un accord entre des personnes intéressées par une telle mesure.

Dans le domaine des opérations et des relations internationales, il n’existe pas d’autorité législative ayant le pouvoir d’édicter des lois s’imposant à tous les Etats et à toutes les personnes. Un moratoire ne peut donc être fixé que par un accord entre des Etats ou entre des personnes privées (sociétés, associations, particuliers).

L’accord doit fixer:

-Les Etats ou les personnes liés par le moratoire;

-Les causes du moratoire: circonstances ou de manière plus large, les raisons justifiant ou tout au moins appelant la mesure de suspension;

-L’objet du moratoire, et particulièrement son domaine d’application en l’occurrence les produits, services et technologies concernés, les mesures et opérations soumises à la mesure de suspension;

-La durée du moratoire qui, en fonction des causes ou circonstances, peut être déterminée avec une date d’échéance préétablie ou indéterminée.

-Les modalités du moratoire, et particulièrement: le contrôle de son application (autorité de contrôle, mesures de contrôle, rapport de contrôle) les conditions de son extinction (préavis, évaluation, décision)

Auteur: Didier Ferrier

Dominique Luzeaux: Position sur la question du moratoire

Sans tomber dans les excès des « anti » et « pro nano », la question du bien-fondé ou non d’un moratoire reste posée, à l’image du moratoire volontaire concernant les recherches sur l’ADN recombinant, décidé en 1974 : les scientifiques concernés avaient alors réalisé les bénéfices énormes potentiels tout autant que les problèmes sérieux qui les accompagnaient. Un des objectifs du moratoire était de se donner le temps d’organiser une conférence – connue maintenant sous le nom de conférence d’Asilomar – réunissant scientifiques, juristes, représentants politiques et membres de la presse afin d’étudier ces problèmes et de décider comment la recherche pouvait continuer de manière sûre. La conclusion, à savoir que la recherche devait continuer, mais encadrée de manière très stricte, fut obtenue malgré l’opposition très forte de certains participants. À l’époque certains scientifiques avaient été très réticents à faire participer les représentants politiques à cette réflexion, de peur des débats publics qui auraient selon eux mis des restrictions draconiennes à la recherche. Rétrospectivement, c’est cependant cet effort d’information vis-à-vis du public qui a permis une discussion responsable et une démarche équilibrée de progrès.

Concernant les nanotechnologies, la diversité des applications et le caractère fondamentalement transdisciplinaire du domaine, qui rend difficile sa délimitation précise, augmente la complexité du défi. De plus, tant les intérêts économiques que de sécurité nationale rendent un débat similaire et l’atteinte d’un consensus beaucoup plus délicats. Il faut cependant remarquer que le fait même de poser publiquement la question et les échos contradictoires qu’en ont donné les médias contribuent paradoxalement à gagner la confiance du public. Mettre les questionnements sous silence en n’autorisant qu’un seul point de vue aurait tout au contraire soulevé la suspicion générale.

Pour notre part, il nous apparaît qu’un moratoire n’est pas souhaitable, car il serait facile à contourner. En revanche, il semble nécessaire de poursuivre et de développer le dialogue à l’échelle internationale, tant sur les bénéfices que sur les dommages potentiels des nanotechnologies, afin d’exploiter les uns tout en les encadrant, et d’éviter les autres.

Auteur: Dominique Luzeaux

Nayla Farouki: Quelques réflexions sur l’homme augmenté…

On pourrait déjà dans un premier temps se demander ce que signifie un être humain augmenté. En effet, l’outil – quel qu’il soit – augmente forcément la personne qui l’utilise en ce sens qu’il lui donne des moyens qu’elle n’aurait pas sans lui. Quels moyens? Prenons quelques exemples :
a – suis-je augmenté(e) grâce à mes lunettes sans lesquelles je ne vois rien?
b-suis-je augmenté(e) grâce à mon vélo, ma voiture, mon bateau, mon avion qui me permettent de me déplacer d’une manière par ailleurs impossible?
c – Suis-je augmenté(e) en raison de la prothèse qui vient remplacer mon col du fémur cassé?
d – ma mémoire est-elle augmentée grâce à mon carnet de notes?
d-plus hasardeux : mon intelligence est-elle augmentée du fait que je peux comprendre des mathématiques que Thalès ou Pythagore n’avaient jamais imaginées? ou encore – ma liberté est-elle augmentée du fait que j’ai de loin plus de choix dans les Grands Magasins qu’au temps de Zola?

Auteur: Nayla Farouki